Résumé de la saison de Super Elite – 11M

Cette saison, la seconde de l’histoire de la Super Elite, a été marquée par l’écrasante domination des Ballons de plomb. Champions en titre après leur victoire en finale 3 à 0 face à Italiano, les hommes de Joyeux64 remettaient leur titre en jeu. Ils l’ont parfaitement défendu puisqu’ils ont réalisé un incroyable grand chelem lors de la phase régulière. Avec 15 victoires en autant de matches, les Jamaicains ont outrageusement dominé la phase régulière. Meilleure attaque (46 buts marqués), meilleure défense (seulement 3 buts encaissés), meilleur buteur (JC avec 13 buts), personne ne leur a résisté.

En deuxième position, le promu S57D a réalisé une bien belle saison, comme on pouvait s’y attendre. Le champion Elite n’a cessé de faire progresser son effectif alors que la plupart des équipes stagnaient ou régressaient. Son talent de manager est unanimement reconnu. Si besoin en est, il l’a encore démontré avec sa dernière génération d’espoirs, probablement la meilleure jamais vue sur 11manager. Malgré 2 défaites face aux deux derniers finalistes, il profite de quelques faux pas d’italiano pour s’emparer de la seconde place.

Quant au maestro italien, un peu moins régulier cette saison, il termine 3è de la phase régulière après avoir concédé 2 défaites et 2 nuls. Son effectif dense et complet dans toutes les lignes en fait tout de même un candidat très sérieux au titre final, d’autant plus qu’il a vaincu S57D en phase régulière, et qu’ il l’affrontera en demi-finale.

A la 4è place, comme la saison dernière, on retrouve kkbob13, le sélectionneur jamaïcain  Sa montée en puissance est indéniable et il se rapproche de plus en plus du très haut niveau, malgré quelques matches nuls décevants. Son principal fait d’arme est sa victoire face à italiano en début de championnat.

Premier non qualifié pour les demi-finales, à un tout petit point de son compatriote jamaïcain  l’illustre zoz termine à une belle cinquième place. Malgré quelques points perdus en route face à des équipes à sa portée, le troisième Jamaïcain du classement réalise une nouvelle saison très solide et sera candidat à une place en demi-finale la saison prochaine.

Il devance de trois 3 longueurs le leader haïtien Jereminho3, champion il y a quelques saisons. En perte de vitesse suite à une première saison en Super Elite en demi-teinte, Jereminho s’est relancé et espère progresser dans la hiérarchie pour tutoyer de nouveau les sommets.

Derrière ces six hommes de tête, on retrouve un peloton assez dense, mais pointé à cinq longueurs de Jereminho3. Avec 21 points chacun, les deux promus Perrok et waner ont réalisé une bien belle saison et se classent respectivement septième et huitième avec un bilan équilibré de 6 victoires, pour 6 défaites et 3 matches nuls. Ils visaient le maintien en début de saison et ont aujourd’hui connu des résultats au-delà de leurs espérances. Hélas, waner a décidé de partir pour des raisons personnelles et ne pourra donc pas confirmer sa bonne première saison en Super Elite. Il en va de même pour Funky qui, lassé, a décidé de jeter l’éponge. Il termine sa saison en roue libre à la neuvième place. C’est un manager majeur, double finaliste Elite, qui nous quitte. Bravo à lui pour sa brillante carrière. A égalité de points avec Funky (20 points), les Anges Verts de flanagan ont réussi une brillante deuxième partie de saison. Mal embarqués à mi-parcours, ils ont réussi à trouver la bonne formule et à s’éloigner de la zone de relégation pour terminer à une satisfaisante dixième place.

Satisfait, laka l’est également. Assez pessimiste de nature, le manager de Sangria Gratuite est parvenu à grappiller des points à droite à gauche pour se mettre à l’abris relativement tôt. Il termine onzième avec 18 points.

La relégation a en revanche hantée novack jusqu’au bout. Hauteur d’un très bon début de saison, novack et ses hommes du FC Nolééé ont eu peur jusqu’à la dernière journée. Mais avec 15 points au compteur, le maintien a été acquis de haute lutte. Ce ne fut en revanche pas le cas d’EAG et de son équipe de guingamp. En tout cas sur le papier. En effet, avec seulement 11 points et de très nombreux cartons rouges, Guingamp devait descendre en Elite. Mais le grand nombre d’arrêts cette saison (6 équipes de Super Elite) lui ont permis d’être repêché et de se maintenir sur tapis vert. Il lui faudra être bien plus rigoureux la saison prochaine pour éviter les affres de la relégation.

Quant aux 3 dernières équipes du classement, elles ont abandonné en cours de route et donc ne pouvaient espérer se maintenir. parmi ces 3 équipes figurent deux illustres managers. Tout d’abord, Philéas et son Standard de Liège sont partis à mi-saison dans l’anonymat le plus complet. Le Mafieu belge méritait une meilleure sortie mais il l’a choisi ainsi. Juste derrière, le All in team de Pierre3482, champion il y a deux saisons et demi-finaliste la saison précédente, avait annoncé son arrêt dès le début de la saison et procédé à la distribution de ses joueurs. Enfin, en dernière position, l’ancienne équipe de fscolaris, reprise par un sombre manager, a enchaîné les très lourdes défaites et ferment la marche au classement avec un tout petit point, glané lors de la premiere journée alors que fscolaris était encore aux commandes.

A l’issue de cette phase régulière, les quatre premiers s’affrontaient donc dans de palpitantes demi-finales. Dans la première demi-finale, le duel entre Jamaïcains accouchait d’un match très fermé, avec seulement trois petites occasions dans toute la partie. C’est finalement le leader du classement et champion en titre qui sortait vainqueur de ce duel âpre sur la plus petite des marges (1 à 0). Ils poursuivent donc leur incroyable série et restent en course pour un second titre consécutif et un inédit parcours sans faute sur toute la durée de la saison.

L’autre demi-finale était plus ouverte entre S57D et italiano. Le second l’avait emporté chez le premier en championnat, mais le manager hollandais pouvait compter sur de nouvelles forces vives avec sa nouvelle super génération d’espoirs. Ces derniers, couplés à un problème de forme de plusieurs joueurs italiens, permettaient à leur manager de se qualifier pour la Super Finale, dès sa première saison en Super Elite.

Et cette finale, il ne l’a pas manqué. C’est le moins qu’on puisse dire. Portée par la fougue et l’insouciance de sa jeunesse, la très belle équipe du RedStar31 a réalisé le match parfait, une performance venue d’ailleurs. Les Hollandais n’ont pas laissé la moindre chance à l’invaincu manager jamaïcain  Invaincu mais loin d’être invincible. Terrassés par la nouvelle terreur de 11manager, les ballons de plomb n’ont pas vu le jour et ont été surclassés. Incapables de se produire la moindre occasion alors que leur attaque avait fait des étincelles toute la saison, les hommes de Joyeux64 n’ont pas existé et leur défense de fer a volé en éclat à trois reprises face au talent des jeunes prodiges formés et façonnés par le maître en la matière S57D. 3 à 0 c’est le score final. Propre et sans bavure. D’aucuns le trouveront bien sévère, pourtant il reflète bien la réalité du match. Une domination sans partage qui marque probablement le début d’une nouvelle ère: celle de la jeunesse triomphante qui devrait succéder pour un moment à l’expérience déclinante de leurs prédécesseurs.

Article proposé et rédigé par Joyeux 64
avatar

SunValery